Management des activités artistiques et culturelles

Les recherches-interventions du CGS auprès d’organisations culturelles remontent à plus de 20 ans (Beaubourg, Cité des sciences et de l’industrie, etc.), et ont connu un fort développement ces dernières années, grâce à plusieurs collaborations avec des organismes culturels (Universcience par exemple), des entreprises et lieux artistiques, avec également le Ministère de la Culture et ses opérateurs.

Cet axe de recherche a également pu bénéficier du soutien de plusieurs travaux doctoraux, ainsi que la création d’un programme d’enseignements dédiés au sein d’institutions variées, notamment  dans le Master MOPP (master codirigé par cinq institutions prestigieuses : université Paris-Ouest Nanterre, Mines ParisTech, Polytechnique,  ESCP-EAP et l’ENA – cf. le site gdo-mopp.ensmp.fr).

A partir d’un questionnement centré sur l’introduction de la gestion au sein des institutions culturelles, le champ d’étude de l’ERI « Management des activités artistiques et culturelles » s’est progressivement élargi selon une triple évolution:

  • élargissement des formes organisationnelles observées : des institutions culturelles classiques à des formes plus émergentes et contemporaines (ex : friches, squats, entreprises à prestations artistiques, nouveaux musées…).
  • élargissement du spectre des activités étudiées : du champ culturel au champ artistique et culturel (ex : nouvelles disciplines artistiques, formes hybrides, inclassables ou encore marginalisées…)
  • élargissement des fonctions managériales analysées : de l’identification des spécificités des fonctions managériales classiques des organisations culturelles (ex : gestion des ressources humaines, comptabilité,…) à l’analyse de nouveaux besoins de gestion  (ex : conception et mise en œuvre de modes de pilotage de l’activité artistique, gestion de la « signification » de l’art, spécificités du management public…).

LA RECHERCHE : 5 AXES PRINCIPAUX

Axe 1 - Crises et rationalisations de la relation à l’usager

L’une des lignes de force importantes qui marquent le secteur culturel ces dernières années est constituée par la montée en puissance du « souci » du public, à la fois en tant que politique publique, mais également comme moteur de l’évolution des institutions culturelles. En arrière-plan, se cache la question de la conception de l’action culturelle dans laquelle s’inscrit ce développement (démocratisation culturelle ? éducation du public ?…). Ces débats sont étudiés à travers des travaux menés aussi bien avec le ministère de la culture qu’avec des institutions culturelles (CSI ou Musée du Louvre par exemple). Une nouvelle thèse a été montée récemment, consacrée aux formes émergentes d’implication des publics dans la conception de l’offre culturelle (A. Anbérrée).

Principales publications associées à l’axe 1 :

  • Avakian B., Anbérrée A., Kletz F., Monnet A. (2011), « Arts et Mineurs : Résultats de l’enquête sur la vie culturelle des élèves de MINES ParisTech », in Le Lien n°87, Publication MinesParisTech, Fev 2011
  • Aubouin N., Kletz F., Lenay O. (2010), Médiation culturelle, l’enjeu de la gestion des ressources humaines, Culture Etudes, 2010-1, mai 2010.
  • Aubouin N., Kletz F., Lenay O. (2009),  Entre continent et archipel : les configurations professionnelles de la médiation culturelle, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication (DEPS-DEFEM), coll. « Document de travail », 2009-1, novembre 2009
  • Kletz F., Pallez F. (1996), Des métiers face au public, « Informations sociales », n°52
  • Kletz F., Moisdon JC. (1990), La médiation introuvable ou la gestion d’une activité face Public,  Gérer et Comprendre (Avril).

Axe 2 – Modes d’émergence d’un monde de l’art

Le secteur culturel se caractérise également par l’émergence de nouveaux espaces de création et de diffusion artistiques (l’espace public, les friches ou les squats artistiques, internet,…) et le renouvellement des activités de création ou de certaines formes d’expression artistique (« les arts en renouvellement » – arts de la rue, nouveau cirque, arts numériques,…).

Les recherches de l’ERI portent sur les modalités de développement de ces formes nouvelles et leur rencontre avec l’espace des politiques publiques, ainsi que sur le chemin de leur reconnaissance  institutionnelle progressive. Par exemple, une thèse (N. Aubouin), ainsi que des collaborations originales (Centre européen de Musique de Chambre, CIPAC, …) ont pu être engagées sur ces questions.

Principales publications associées à l’axe 2 :

  • Aubouin, N. et Coblence E. (à paraître en 2012), Les Nouveaux Territoires de l’Art, entre îlot et essaim. Piloter la rencontre entre friche artistique et territoire. Territoire En Mouvement, numéro spécial « Artistes et Territoires Créatifs en Europe »
  • Aubouin, N. (2009). L’institutionnalisation des Espaces Artistiques Déterritorialisés : de la construction de nouveaux mondes de l’art à la transformation des modes d’action publique. Thèse de doctorat en sciences de gestion. Paris, Université Paris Ouest Nanterre.
  • Aubouin N., Kletz F. (2007),  « Les nouvelles figures de l’Etat face à l’émergence de nouvelles pratiques artistiques », 16ème Colloque International de la revue Politiques et Management Public, Florence (Italie). 

Axe 3 – Modes de pilotage de la création artistique

Alors que l’on aurait tendance à croire que l’art « véritable » ne se développe que dans les lieux traditionnellement réservés à cet effet (grands musées, galeries, théâtres, salles de concert…), de nombreuses études tendent à montrer que la « créativité » du secteur culturel repose également sur l’activité d’une myriade de petites organisations (publiques ou privées).

De nouveaux enjeux de recherche semblent ainsi se situer dans la compréhension du management de cette « frange artistique » qui apparaît, en réalité, comme un lieu privilégié de régénération des produits et services « culturels » plus classiques. Mais des transformations profondes, ainsi que des crises répétées s’observent également au sein des grosses institutions du secteur culturel. Par exemple, les institutions muséales, actuellement en pleine mutation, sont aujourd’hui obligées de s’interroger sur la conception de nouveaux modes de pilotage de leurs activités. Les recherches visent à comprendre ces nouveaux enjeux de gestion des organisations artistiques et culturelles. Une telle compréhension passe notamment par :

  • l’analyse fine de l’activité artistique en tant qu’elle est une activité de conception portant sur la signification
  • la restauration d’une plus grande généralité des situations de coopération entre artistes et managers
  • une interrogation sur les rapports entre langages de gestion et langages de l’art

Plusieurs thèses ont été menées sur cet axe (M. Béjean, E. Coblence), ainsi que des collaborations avec de multiples institutions (Louvre, BNF, CSI, CNSMDP, …).

Principales publications associées à l’axe 3 :

  • Kletz F. (2011) « Tout ce que vous avez voulu savoir sur l’énigme de la création, sans jamais avoir osé le demander », A propos du livre de T. Paris, Manager la créativité – Innover en s’inspirant de Pixar, Ducasse, les Ateliers Jean Nouvel, Hermès, Gérer et Comprendre.
  • Coblence E., (2011). La managérialisation des musées : une analyse par les régimes de signification. Doctorat en sciences de gestion de l’Ecole des Mines ParisTech.
  • Béjean, M. (2009). “From “value chain” to “signifying chain” management: learning from the case of symbolic value creation in the art-based firms”, EGOS Conference, July 2009, Barcelona.
  • Coblence, E. (2009). « Art display: A renewal of design parameters in art museums? The case of the Louvre-Lens ». 9th EURAM Annual Conference, Liverpool, UK
  • Coblence, E. (2009). « Explorer de nouvelles valorisations d’une collection. Le cas du Louvre ». 10th International Conference on Arts & Cultural Management, Dallas, Texas, USA.
  • Béjean, M. (2008). Le management des entreprises à prestations artistiques: activités de conception, régimes de signification et potentiel de croissance. Doctorat en sciences de gestion, CGS. Paris, Mines ParisTech.
  • Béjean, M. (2007). New sources of arts management: co-designing emerging artistic fields. The case of artistic gardening. EURAM 2007, Paris, France.
  • Béjean, M. (2007). Vers un management stratégique des fonctions de conception dans les entreprises artistiques: le cas de la création de jardins. XVIè Conférence Internationale de Management Stratégique, Montréal, Canada.
  • Fixari, D. and F. Pallez (1989). « Le commissaire et le gestionnaire – De l’art de gérer les expositions. » Gérer et Comprendre 15, (Juin).

Axe 4 – Politiques publiques dans le secteur culturel

Depuis le premier ministère de la culture d’A. Malraux, la question des politiques culturelles est devenue un axe majeur de recherche dans le secteur culturel. Mais à cela s’ajoutent, ces dernières années, des interrogations sur le fonctionnement même de l’Etat, qui se sont traduites par des transformations de l’action publique et l’émergence de nouvelles modalités de gestion, dans laquelle les questions de gestion des ressources humaines prennent une place centrale : quels sont les effets de l’introduction d’une nouvelle connaissance sur les métiers et à quelles conditions un projet de gouvernement retenant les compétences comme nouvel objet peut-il se transformer en une pratique gestionnaire, en une nouvelle forme de gouvernementalité ? Les collaborations avec le Ministère de la Culture se sont multipliées sur cet axe.

Principales publications associées à l’axe 4 :

  • Coblence, E. (2011), Acquérir des chefs d’œuvre hors du marché ? Le cas de la Fuite en Egypte de Poussin, in Hatchuel, A., Favereau, O. et Aggeri, F., L’activité marchande sans le marché ?, Presses des Mines, pp. 297-304
  • Aubouin N., Coblence E., (2010),  Opéra de Lyon et Louvre-Lens : l’institution culturelle ne se décentralise pas, elle se réinvente. Espaces 283 (Juillet-Août), pp. 10-18
  • Coblence E., (2010),  Musée modeste, musée moderne ? A propos du livre de Robert R. Janes, Museums in a Troubled World. Renewal, irrelevance or collapse? Gérer et Comprendre 101 (Septembre), pp. 95-96
  • Kletz F., Lenay O. (2007), « Politiques publiques et transformation des métiers dans les lieux culturels », in 7th « International Conference on Arts and Cultural Management », Colloque organisé par l’AIMAC – Milan.

Axe 5 – Emploi, art et culture

Les métiers du secteur culturel connaissent depuis quelques années de profondes transformations, sous l’effet conjugué de plusieurs causes (arrivée des nouvelles technologies de l’information, nouvelles exigences du public, éclosion de nouvelles formes d’art et de nouvelles pratiques, professionnalisation de certains emplois,…). Ces changements touchent directement la réalité du travail accompli par les agents, et sont à l’origine de difficultés importantes concernant aussi bien la réalisation de ce travail que la façon dont sont gérés ces métiers (par exemple en termes de formation ou de trajectoires professionnelles,…).

Un des aspects de cet axe de recherche concerne le travail des artistes eux-mêmes : comment travaillent-ils ? Quelle conception du travail leur propre travail véhicule-t-il ?

Principales publications associées à l’axe 5 :

  • Aubouin N., Coblence E., Kletz F., (2011). Faire le métier : les institutions culturelles face à l’émergence de nouvelles professions. 11th International Conference on Arts & Cultural Management (AIMAC), Anvers, Belgique.
  • Aubouin N., Kletz F., Lenay O. (2010),  De nouveaux outils de GRH pour l’Etat et les collectivités locales. Vers une théorie des configurations professionnelles ? », in Colloque Vers une nouvelle gestion des ressources humaines publiques ?, Annecy.
  • Kletz F. (2009) « Ce qui est en bas… est en haut. Etude d’une démarche de modernisation de la GRH publique en France », in Colloque « Les réformes de l’administration vues d’en bas », Bruxelles.
  • Kletz F., Lenay O (2008), Du statut au métier : l’encadrement y gagne-t-il en reconnaissance ? Analyse d’une démarche de   modernisation de la GRH publique, in Revue française d’administration publique, n° 128.
  • Kletz, F. et O. Lenay (2007). La gestion publique des métiers. Le cas du secteur culturel. La GRH publique en questions : une perspective internationale. S. Guérard. Paris, Editions L’Harmattan: 538.
  • Kletz, F., J.-C. Moisdon, et al. (1993). « Buffon dans l’entreprise – L’élaboration d’une classification des emplois à la Cité des Sciences et de l’Industrie. » Gérer et Comprendre.

LES ENSEIGNEMENTS

À Mines ParisTech

  • Module « Culture » dans le Master MOPP :  ce module a pour objet d’étudier la dynamique et le pilotage de l’action publique dans le secteur culturel : remise en cause de la légitimité de l’Etat sur certaines de ses fonctions traditionnelles, décentralisation, poids croissant de l’usager, nouvelle légitimité du regard gestionnaire, interrogations sur le fonctionnement de l’Etat, dispositifs favorisant la création artistique,…
  • Encadrement de mémoires d’étudiants (Mines, master,…) : multiples travaux d’élèves dans le secteur culturel. Exemples :
    • Le Louvre en contrepoint : le développement des cartes d’adhésion du Louvre
    • Les transformations gestionnaires à la BNF
    • Les politiques culturelles départementales et la loi de 2003 relative au mécénat.

À l’ESSEC

Responsabilité du cours « Management culturel ». Ce cours vise trois objectifs :

  1. Sensibiliser les étudiants de l’ESSEC aux métiers de la culture et à leur possible rôle dans le secteur culturel de demain,
  2. Donner aux étudiants des témoignages concrets d’acteurs du secteur de la culture aujourd’hui,
  3. Engager les étudiants dans une réflexion problématisée sur l’organisation du secteur culturel.

LE SÉMINAIRE « MANAGEMENT DE LA CULTURE »

Le séminaire « Gestion des organisations artistiques et culturelles » a pour but de créer un lieu de réflexion et de travail commun pour les chercheurs et les praticiens sur les questions des spécificités de la gestion des organisations artistiques et culturelles et du rôle des pouvoirs publics dans le développement des projets (modes d’intervention et de management public dans le domaine culturel). Pour structurer cette réflexion deux types de séances, mensuelles, sont organisées, l’une consacrée essentiellement aux travaux de recherche des différents membres du laboratoire  sous la forme de présentation de recherches particulières et/ou d’apports théoriques, l’autre privilégiant la transmission des expériences et des réflexions des praticiens du monde de l’art et de la culture.

Responsables du séminaire : Nicolas Aubouin (chercheur associé  au CGS), Mathias Béjean (chercheur associé  au CGS), E. Coblence (chercheur associé  au CGS).

L’ÉQUIPE

  • ANBÉRRÉE Alice,
  • AUBOUIN Nicolas,
  • BÉJEAN Mathias,
  • COBLENCE Emmanuel,
  • KLETZ Frédéric.

CONTACT

Frédéric Kletz : kletz@mines-paristech.fr